À PROPOS

Les Ribines est une compagnie de création dans l'espace public basée en Côtes d'Armor (22), et à la croisée du théâtre et de l'analyse de territoire. Elle est venue emprunter à la langue bretonne son nom et l'emblème de ses chemins de traverse, ses sentiers d'égarement et de trouvaille, symbole du fameux « pas de côté », comme un moyen d’accéder aux choses par des biais détournés.

Elle place au cœur de sa démarche l’arpentage, la rencontre improvisée et la quête de la mémoire des lieux.

La création est pensée comme un processus d’écriture en continu nourri de rencontres autour d'un lieu ou d’une problématique. De là naît un langage imaginaire commun entre des artistes et les autres fabricants de l'espace public (passants, habitants, élus, associations...).
En considérant le territoire comme un atelier à ciel ouvert, les formes développées cherchent à opérer une modification poétique du regard sur des lieux de vie quotidiens.

CHa.png
CHa2.png

Charlotte Petitat

comédienne, auteure, intervenante théâtre et ancienne cultivatrice d'abeilles

Charlotte Petitat est née en 1982, le même jour que Jeanne D’Arc. Elle a grandi au milieu des montagnes helvétiques, puis dans les HLM des banlieues nord de Paris.

Elle se forme au théâtre, empoche un CFA des comédiens au Studio d'Asnières, et joue dans des théâtres parisiens et de province.

En 2008, elle est invitée en centre Bretagne pour une résidence de création dans un festival rural. Elle y rencontre des auteurs et des paysans bretons, découvrant leur lutte et le théâtre en plein champ.

Elle fonde une cellule autonome de recherche, le comité PIKB sous la non-identité secrète des Meneurs de Trame afin d'enquêter sur la transmission. Elle finit par s'installer en Centre Bretagne dans le petit village de Saint-Mayeux et participe à l’émergence de la compagnie de théâtre les Ribines.

Perpendiculairement elle s'est spécialisée d'Amour Public, s'étant collé au dos ou à la cuisse une mission d'enquêtrice publique sur les disparitions de l’amour. Elle investit des marchés, des commerces, des bars, des places au moyen de putschs poétiques, de consultations amoureuses, de cabaret et de repas aphrodisiaque.

Intervenante théâtre, elle encadre des ateliers et réalise le film Saint-Mayo avec un groupe d'enfants de son village, porté sur le sujet sensible des mines qui touche le territoire.

 

Elle est aujourd'hui en quête de sorcière et Mère Nourricière au coeur du Cha ô, sur des terrains sensibles et d'égarement, sans frontière. Son écriture in-situ va chercher la faille entre le réel et la fiction voyageant entre les Ici et Ailleurs

PL.png
PL2.png

Pierre-Louis Gallo

comédien, auteur et arpenteur, provocateur de fluide et de troubles sensibles

Né en 1984 juste avant Tchernobyl, il quitte les collines périgourdines pour mener des études d’histoire et de théâtre à Paris. Il se dote d’un CFA de comédien au Studio d'Asnières, et d'un master d'Histoire culturelle après avoir arpenté le Boulevard du Crime.

Un jour, il met un pied dehors et découvre la langue des hommes. Celle des militants paysans du Kreizh Breizh puis celle des vrais aveyronnais. Autour de l’auteure Marie Dilasser et du bar le Gwan-ha-dû à Saint-Gelven (22), il explore avec Charlotte Petitat des créations dédiées, directement faites avec et pour les habitants d’un bourg.

Aspiré par la rue, il descend à Marseille, entre à la FAI-AR (Formation Avancée et Itinérante dans les Arts de la Rue). Durant 18 mois de recherches par monts et par vaux, il constate que les collines bougent plus vite que nous, et qu'on est berné par les mots.  À travers le projet Cha ô, il décide d'offrir un point de vue, celui de l’arpenteur qui se fait le réceptacle de beaucoup d’autres.

 

Son écriture joue des frontières entre le théâtre, l’anthropologie et la vie, et met en relation des récits fictionnels, des habitants et des lieux sensibles.

 

Il a l'occasion de travailler avec des compagnies d’arts de rue comme Na Capa tanta autour des films NCNC, L’Ecumerie avec Estrans, et Komplexkapharnaüm autour des projets En-Cours sur Villeurbanne : les FPP (Fabulations Pédestres Périphériques) et Le Long de l’Axe.